Foire aux questions

Quelles sont les grandes données du marché des SCPI ?

Dans une conjoncture économique qui demeure difficile, les SCPI, qui allient une certaine sécurité patrimoniale, un rendement et une protection contre l'inflation, ont confirmé leur attractivité au premier semestre 2015.

Au cours des six premiers mois de l’année 2015, les SCPI ont enregistré une collecte nette totale de 1,86 Mds€, en augmentation sensible de 47,5% (+49% hors SCPI fiscales) par rapport à la même période de 2014 qui constituait déjà un record historique.

La collecte nette en immobilier d’entreprise représente ainsi 68% de celle de l’année 2014.

Sur les 27 groupes présents sur le marché à travers 166 SCPI, 24 ont procédé à des augmentations de capital sur 52 véhicules.

La tendance haussière est observable sur toutes les typologies de SCPI, avec une augmentation des SCPI de commerces plus faible, à 252 M€ (+ 13% par rapport au 1er semestre 2014), que celle des bureaux à 1 236 M€ (+50%) ou des Diversifiées à 252 M€ (+95%).

Il faut remarquer que les cinq plus fortes collectes du marché sont des SCPI de bureaux, qui concentrent à elles seules 45% de l’ensemble de la collecte en SCPI d’immobilier d’entreprise.

La collecte des SCPI fiscales, à 10 M€, est encore anecdotique au premier semestre compte tenu de la saisonnalité de ce type de placement.

Avec un total de 314 M€ échangés lors du premier semestre sur l’immobilier d’entreprise, soit 0,91% de la capitalisation globale, le marché secondaire connait une évolution notable de 31% par rapport au premier semestre 2014. Là également, cette hausse se remarque dans toutes les catégories.

La liquidité du marché est toujours très satisfaisante, avec des parts en attente de vente qui se limitent à 0,25% de la capitalisation globale.

La capitalisation globale approche le seuil des 35 milliards, pour atteindre 34,98 Mds€, en hausse de 6,3% par rapport au 1er janvier. Elle a été multipliée par 3 depuis fin 2004.

Ce placement, qui doit s’envisager sur le long terme, reste un outil privilégié de diversification du patrimoine moins volatil que les actions ou les obligations.